Graphotherapeute : en quoi consiste ce métier ?

La graphothérapie est une discipline dont l’histoire remonte au 20ᵉ siècle. Après des bases jetées par des philosophes, la graphothérapie moderne va peu à peu se structurer sous l’impulsion des psychologues, des pédagogues, des neurologues et des médecins. L’objectif était de trouver une approche pour venir à l’aide des enfants présentant des difficultés dans la transcription de l’écriture.

La graphothérapie clinique qui vit le jour dans ce contexte est aujourd’hui un métier entièrement à part et bien réglementé. Ses praticiens, actuellement regroupés au sein d’un organe international, sont grandement sollicités dans l’accompagnement aussi bien des enfants, des adolescents que des adultes manquant d’aisance graphique.

Dans le domaine de la pédagogie où la graphothérapie décline tous ses bienfaits, l’ambition ne se limite pas à changer l’écriture. Au-delà, la discipline facilite l’optimisation des gestes accompagnant l’écriture de l’enfant.

Méthodes, principes, formations…. Nous vous expliquons en quoi consiste le métier de graphothérapeute dans cet article.

Définition de la graphothérapie

Née au 19ᵉ siècle, la graphothérapie est une science qui porte sur la rééducation de l’écriture. Originellement, son champ d’action était essentiellement celui de la dysgraphie, qui renvoie à des troubles d’écriture débouchant sur une illisibilité relative. Avec les nombreux apports des autres domaines de la science, ce champ s’est élargi.

La graphothérapie va aujourd’hui plus loin que les troubles d’écriture pour traiter les troubles comportementaux et affectifs. Elle s’intéresse aux enfants précoces ou à fort potentiel, et aux personnes subissant des perturbations des réflexes archaïques dont les conséquences se font ressentir sur l’écriture.

Concrètement, cette science a pour but de rééduquer un individu à la réécriture au travers d’une correction de posture inadaptée au travers de divers exercices.

Lesdits exercices portent sur les aspects suivants :

  • Motricité : l’usage des outils scripteurs et le déliement musculaire ;
  • Amélioration de la posture ;
  • Cryptographie, calligraphie et de périgraphie ;
  • Relaxation et détente, etc.
Lire :  Légion étrangère : formation et salaire

Le graphothérapeute est le professionnel qui exerce le métier de la graphothérapie. Sa mission consiste à aider son patient à mieux tenir son stylo, à bien se positionner et à acquérir de bonnes bases de l’écriture par le biais d’un nombre d’exercices.

Lire :  Testeur de villa : salaire et pré-requis pour exercer ce métier

C’est un professionnel compréhensif, capable de soutenir la rééducation de son patient en tenant compte de ses sensibilités et de sa personnalité.

Les principes et les applications de la graphothérapie

Le geste de l’écriture est coordonné par l’hémisphère droit du cerveau humain. Cet hémisphère est proche de la gestuelle artistique, du dessin, des réflexes psychiques et corporels inconscients. Pour cette raison, la graphothérapie s’appuie sur les différents principes d’analyse et d’étude sur le cerveau humain.

L’écriture manuscrite étant liée à une partie de la psyché. Relativement aux applications de la graphothérapie, elles sont nombreuses.

Cette discipline permet notamment de :

Procéder à une rééducation à l’écriture par un travail sur la souplesse dans les gestes, le dessin des formes fondamentales de l’écriture (coupes, arceaux, hélices, boucles, etc.).

Traiter les soucis de dysgraphie dont sont généralement victimes les enfants surdoués du fait des chocs émotionnels de leur petite enfance.

Permettre au sujet d’avoir une meilleure connaissance de lui-même et de parvenir à libérer leur psyché des obstacles entravant la réalisation de leur potentiel.

Faire face aux problèmes de dépendances (notamment affectives et celles liées aux idées nuisibles), etc.

Les compétences et formations nécessaires pour exercer le métier de graphothérapeute

Pour exercer le métier de graphothérapeute, il est indispensable pour le professionnel de disposer de compétences et formations. Il est nécessaire d’avoir de solides notions en graphologie, en rééducation de l’écriture, en interprétation de dessin, en psychologie clinique, etc.

Formations

Dans de nombreux pays, on ne trouve pas actuellement d’écoles proposant de formation initiale en graphothérapie. C’est le cas de la France où des centres de formation privés proposent aux candidats titulaires d’un baccalauréat + 3 en psychologie, kiné, pédagogie, graphologie…, des spécialisations en graphologie et en graphothérapie.

Lire :  Testeur de villa : salaire et pré-requis pour exercer ce métier

Proposée en présentiel et en distanciel, la spécialisation à la graphothérapie permet aux professionnels d’acquérir des compétences en rééducation du graphisme. C’est la première formation nécessaire pour le graphothérapeute.

Cette formation lui permet, en fonction de la nature de la dysgraphie présentée par chaque enfant, de lui apporter la réponse appropriée. Outre la rééducation au graphisme, la formation en graphothérapie porte sur l’interprétation du dessin et d’autres domaines de la personnalité.

Lire :  Mail de confirmation d’un entretien d’embauche : nos conseils

Étant donné que la formation en graphothérapie est en grande partie dispensée par des centres privés, les candidats n’obtiennent que des certificats ou diplômes. Afin de valider leur professionnalisme pour exercer pleinement le métier de graphothérapeute, ils ont besoin d’une validation de la commission d’agrément.

À défaut de cette voie, les candidats intéressés par ce métier peuvent commencer par bénéficier des sensibilisations à l’observation de l’écriture du groupement international des graphothérapeutes avant de suivre la formation.

En termes d’évolution éventuelle de carrière, le graphothérapeute peut, avec des formations complémentaires, se réorienter vers le domaine des expertises judiciaires.

Compétences et actions nécessaires

L’exercice du métier de graphothérapeute exige du professionnel avec des traits de caractères, de compétences et d’actions. Le graphothérapeute doit faire preuve d’un grand sens d’écoute, de patience et surtout de persévérance.

Il doit pouvoir se montrer empathique et discret vis-à-vis du patient qu’il est appelé à accompagner. Un autre élément qui doit caractériser le graphothérapeute, c’est sa créativité et son imagination nécessaire pour les exercices à proposer pour le suivi du patient.

enfant qui écrit

Relativement au savoir-être, le graphothérapeute doit maîtriser les mécanismes neurophysiologiques humains et les méthodes d’apprentissage d’écriture. Ses techniques en relaxation, graphomotricité et en graphologie doivent être adaptées en fonction de la spécificité du cas de chaque patient.

Dans l’exercice de sa profession, il doit collaborer avec d’autres professionnels (psychologues, pédiatres, psychomotriciens, orthophonistes, pédagogues, logopèdes…) et faire des recherches en permanence. Il doit enfin respecter strictement le code de déontologie de son métier.

Lire :  Métier d'avenir 2025 : quels sont les domaines porteurs pour assurer votre avenir ?

L’exercice du métier de graphothérapeute

Mode et lieux

Dans la pratique, le métier de graphothérapeute s’exerce en tant qu’indépendant ou encore en consultation privée. Les professionnels de ce secteur peuvent se regrouper au sein d’une structure spéciale pour proposer leurs services. À défaut, on peut les retrouver dans le public.

Séance de graphothérapie

Le déroulé d’une séance de graphothérapie varie selon qu’elle est classique ou symbolique. Pour une graphothérapie classique, c’est l’enfant qui accepte le suivi au terme du premier échange. Le traitement peut durer entre 6 et 10 mois ponctués par des séances hebdomadaires.

Lire :  Légion étrangère : formation et salaire

En graphothérapie symbolique, le patient est soumis à la première séance à un exercice d’écriture. Son texte permet au professionnel de décrypter les signes-totems. Ces signatures graphiques, qui constituent la base de son souci, seront travaillées par plusieurs exercices au cours des séances.

Le professionnel de la graphothérapie l’aidera à apprendre à modifier l’angle de ses lettres, mettre des rondeurs à ces dernières. Il va, au cours des séances, exercer l’enfant à écrire de la main gauche s’il est droitier et de la main droite s’il est gaucher. De quoi parvenir à un équilibre normal entre les hémisphères du cerveau de l’enfant.

Rémunération du graphothérapeute

Le graphologue est rémunéré de deux manières. D’abord aux analyses qu’il doit effectuer, puis aux séances. Dans les deux cas, les tarifs sont librement fixés. Ce professionnel commence le suivi d’un patient par une analyse appelée bilan graphomoteur. Ce dernier lui permet de poser le diagnostic, de déterminer le niveau de difficulté éprouvé par le patient.

Pour un bilan graphomoteur qui dure en moyenne 90 minutes, le graphothérapeute sera payé entre 130 et 160 euros. Quant à la séance de graphothérapie proprement dite, elle dure en moyenne 45 min et est facturée entre 42 et 60 euros.

Articles récents

Articles similaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici